Le 13/01/2021

SOUVENIRS & NOSTALGIE. Sébastien Clément, Little Big Man

3 mars 2015. Un parcours de joueur amateur en CFA est forcément atypique par l'emprunt de chemins détournés. Sébastien Clément, 31 ans, est lié à la ville de Concarneau. Il y est né, a grandi au poteau vert, usé ses premières paires de chaussures à l'école maternelle de Keramporiel. Formé à l'Hermine de Concarneau et au FC Lorient, capitaine des Merlus chez les moins de 15 et 18 ans nationaux, il a connu le couperet glaçant de la non-reconduction du contrat avec le milieu professionnel. A 18 ans, il est reparti en D1 en district avec ses copains de Saint-Yvi. Son rêve était de jouer un jour en division d'honneur. 13 ans plus tard, il l'a largement dépassé et sera certainement dans l'effectif de Nicolas Cloarec pour jouer un quart de finale de la coupe de France contre l'EA Guingamp. Inlassable ratisseur du milieu de terrain, il est à l'image de cette équipe: généreux, fidèle, tenace en amitié et dans ses valeurs défendues. Portrait d'un "mec" bien.

Sébastien Clément, pilier de l'US Concarneau de la génération Nicolas Cloarec. Crédit photo: René Riou

La tenacité est une valeur bien bretonne, qui bouillonne à l'intérieur d'un être, sans paraître apparente de l'extérieur, à première vue. Sébastien Clément est de ce profil, amoureux du jeu et une encyclopédie du football. Capable de connaître parfaitement à la Thierry Henry, le moindre profil technique de ses adversaires, redoutable dans son placement, axé sur une priorité de respecter un équilibre d'équipe. Directeur d'un centre aéré sur Saint-Yvi, il fait partie de cette génération 1983, qui a donné au Sud-Finistère des joueurs de talent comme Fabrice Gourmelen (Equipe de France -16 ans, Nantes, AS Telgruc/Mer), Florent Lenclume (Quimper Cornouaille, CFA), le Châteaulinois, Jérémy Pronost, Alexandre Gillot (Stade Brestois, Edern Sports) ou son ami de coeur et d'enfant ou le regretté Fabrice Viau (ex Hermine Concarneau, FC Strasbourg). Passé par les catégories jeunes de l'Hermine de Concarneau, avec une mère Nelly, éducatrice à l'école de football, il est repéré à 13 ans par le FC Lorient. Quatre années à haut niveau de formation, capitaine des -15 ans et 18 ans des Merlus, avant une fin de non-recevoir dans le monde professionnel, le coup est rude à encaisser, à peine au sortir de son adolescence. Pour le philospohe Allemand, Friedriech Nietszche (1844-1900), tout ce qui ne détruisait pas rendait plus fort. Certes, mais quand son rêve de môme s'échappe, l'important est de bien l'encaisser en compter sur une famille ou des ami(e)s soudés.

Sur l'impasse du haut-niveau, Sébastien Clément se ressource avec ses copains à l'AS Saint-Yvi. Cinq années marquées d'une montée en promotion d'honneur et deux 6ème tour de la coupe de France face à Vannes et Pontivy, il se plaît en retrouvant ce fameux équilibre, nécessaire à son bien-être. " Ca marquait la fin des sacrifices avec le football de haut-niveau. On jouait pour le plaisir. Je m'occupais des jeunes de l'école de football, tous les mercredis. Le championnat en D1 avec Melgven ou Trégunc était vraiment d'un bon niveau. A un moment, je tournais en rond. Je ne progressais plus. Le côté tactique et discipliné des entraînements me manquait terriblement"

La Réunion? Ma plus grosse déception!

La sélection Concarnoise du mondial pupilles avec Daniel Guillou, génération 1994 des Jérémy Olliver, les appels de David Le Goc et Franck Rozé à l'US Concarneau finissent par le convaincre de s'engager dans le projet Concarnois, avec un poste d'éducateur U15. A 24 ans, le compétiteur est toujours là. Arrivé en août sur la pointe des pieds, en équipe C en D1, il atteint son objectif en un trimestre: faire partie de la réserve de Franck Royé en DH, saison 2007/2008. " J'avais faim et une terrible volonté de me prouver que j'étais capable de jouer à ce niveau. La DH était mon idée fixe dans la tête. Peu importe les moyens. Je me rappelle encore quand les autres se douchaient, je restais sur le terrain, faire du physique, après les entraînements en commun. J'ai toujours été éduqué dans le sens que quand on veut quelque chose, il faut travailler pour arriver à ses fins".

Nicolas Cloarec arrive en 2008/2009 à la tête du navire Thonier. Sébastien Clément est un de ses matelots d'équipage. Au milieu de terrain, il est affublé du surnon de P'tit Seb, en comparaison à son compère Grand pour Guillaume Jannez. Extrêmement complémentaire, il grimpe les échelons sportifs en s'affirmant comme un rouage indispensable du collectif de l'équipe première. Cette année, Sébastien Clément l'a vécu en dent de scie, sans jamais renoncer. Intelligent, dans la mesure avec les autres, il l'est moins avec lui-même, toujours dans sa recherche opiniâtre de l'effort. Le match du 7ème tour de coupe de France à La Réunion, en novembre dernier, restera à jamais comme une cicatrice dans sa carrière. Encore, aujourd'hui, le sujet est à vif pour quelqu'un qui a beaucoup souffert de ne pas être retenu dans le groupe. " C'est ma plus grosse déception! Ce voyage représentait à mes yeux une récompense d'une fidélité dans la durée à défendre les couleurs de l'USC. Comme Laurent Palut, qui aurait tellement mérité être de cette aventure. Je n'ai pas de remords, juste des regrets. Quand mes coéquipiers jouaient à la Réunion, je disputais au même moment à Gourlizon (D1), une rencontre avec la réserve (DH), en coupe de Bretagne. Même les joueurs de Gourlizon me demandaient des nouvelles du score en plein match. Les jours qui ont suvi ce match de la Réunion, ont été un enfer dans la tête. J'étais au fond du trou moralement. J'ai mal réagi par moment. Aux entraînements, j'étais plus nerveux, énervé et râleur. Il fallait que ça sorte. Je ne pouvais plus garder cette frustration en moi. Ma femme, Emmanuelle et Pascal Laguillier m'ont aidé à surmonter cette mauvaise passe. J'ai tourné la page mais j'aurais toujours cette déception en moi"

Ne pas être irremplaçable, paraître indispensable

Là encore, réchappé de cette amertume, il revient tel un gladiateur sur la pelouse de Guy-Piriou et s'arrache à la 81' pour gratter un ballon apparemment anodin, en corner d'un pied Vitréen, au 8ème tour de la coupe de France contre l'AS Vitré, le samedi 6 décembre. Trente seconde plus tard, suite à un corner de Christophe Gourmelon, Guillaume Jannez place une tête dans le but adverse. La roue tourne avec cette qualification en 32ème finale de la coupe de France, la seconde consécutive pour l'US Concarneau. Le caractère de Sébastien Clément s'est exprimé à plein sur cette action révélatrice d'un caractère bien trempé, un joueur qui ne lâche rien, avec une volonté constante d'aider le groupe. " C'est délicat de faire le deuil d'une place de titulaire quand on est compétiteur dans l'âme. De s'asseoir sur un banc alors qu'on ne pense qu'à être sur le terrain. Maël Illien et Jérémy Drouglazet font une saison exceptionnelle à mon poste. Ils sont clairement au-dessus. Il m'a fallu digérer ce fait. C'est mon rôle et mon devoir de les faire douter aux entraînements. Peut-être que s'ils réalisent une superbe saison, j'en suis pour quelque chose car je les pousse à donner le meilleur d'eux-mêmes. On est un groupe, pas des individualités".

Au top de sa carrière, en 2012/2013, Sébastien Clément est un élément important du groupe Concarnois. Père de famille, son fils, Paolo, 4 ans, sera dans les tribunes du Moustoir. Andrea, 7 mois, sera à la maison avec ses grands-parents. " Une carrière de joueur de CFA est faite de sacrifice constant. C'est toujours un bonheur d'être dans le groupe. On savoure encore plus avec l'âge. Par exemple, contre Niort, en 32ème finale, Emmanuelle, ma compagne, n'avait pas pu venir au match car elle gardait nos deux enfants à la maison. Au Moustoir, ça sera une fête complète. Je n'oublie pas quand peut-être deux jours après un quart de finale de la coupe de France, je serai à l'entraînement avec la réserve sur le sable du Cossec (terrain stabilisé). Une salle de musculation et d'étirement serait également appréciable au stade. Le club doit servir de ce tremplin de la Coupe de France pour progresser dans ses structures"

A 31 ans, Sébastien Clément connaîtra le frisson des grands moments d'une carrière de sportif de très haut-niveau. Avec son parcours, ses valeurs, il est arrivé à force de travail et de combativité, à être une valeur sûre dans un championnat de CFA. Dans la lignée d'un Didier Deschamps, Javier Mascherano ou d'un Claude Puel, il a cette qualité inné de ne pas être irremplaçable mais de tout faire pour paraître indispensable. 

Christophe Marchand

Mentions légales